Vente immobilière

Vendre sa maison : comment savoir si l’acheteur est solvable ?

Solvable

Vérifier si l’acheteur est solvable est un acte à recommander pour les vendeurs, dans la mesure où, lorsqu’ils signent une promesse de vente ou un compromis de vente, le logement va être bloqué (réservé). Cette vérification permet notamment de s’assurer qu’ils vont réserver le bien immobilier à un acheteur solvable, ou capable de s’acquitter du montant demandé. Si rien n’empêche les vendeurs de procéder à une telle vérification, il est tout de même conseillé de le faire avec tact, pour ne pas dissuader les acheteurs.

Demander si l’acheteur est déjà un propriétaire

Un acheteur qui est déjà propriétaire d’une résidence principale a de fortes chances d’être solvable. En effet, si une telle personne envisage l’achat d’un deuxième bien immobilier, cela présage que ses finances sont en très bonne santé. De même, si une telle personne a déjà obtenu un prêt immobilier la première fois pour sa résidence principale, elle peut très bien en obtenir un second, surtout que l’organisme de prêt aura déjà pu vérifier qu’elle paie bien ses mensualités.

L’obtention d’un crédit immobilier est un signe qu’il est solvable

Si l’acheteur a déjà consulté une banque ou un courtier, des simulations ont donc déjà été réalisées, ce qui laisse entendre que l’acheteur connaît bien son budget. Si le courant passe bien entre le vendeur et l’acheteur, le premier pourra même essayer de demander à voir ces simulations, ou au moins, lui demander où en sont les négociations ou les recherches pour sa demande de prêt immobilier. Encore mieux si la banque a déjà donné un accord de principe pour l’obtention du prêt.

Si l’acheteur est éligible aux diverses aides, il serait solvable

Si l’acheteur est éligible à des aides, cela veut dire qu’il remplit toutes les conditions d’éligibilité, et que son dossier est solide. Il a ainsi toutes les chances d’obtenir un crédit immobilier. Parmi les aides possibles, on a bien sûr le prêt à taux zéro (PTZ), mais aussi le prêt action logement (PAL), le prêt à l’accession sociale (PAS), ou encore d’autres aides départementales ou régionales. Certaines de ces aides demandent l’existence d’un apport personnel de la part du candidat. Sachez alors qu’en tant que vendeur, vous ne devriez pas demander à l’acheteur un justificatif de cet apport.

Demander si l’acheteur veut payer au comptant

Si un acheteur est capable d’acheter au comptant, c’est la meilleure garantie de solvabilité. De plus, vous n’aurez plus à attendre un quelconque délai de la part des organismes de prêt pour la validation du crédit immobilier. En tant que vendeur, vous avez le droit de demander à l’acheteur de vous remettre un document attestant que les fonds existent réellement, lorsque vous allez signer le compromis de vente. Ce sera un gage de sérieux de la part de ce dernier.

Comme dit plus haut, il est mieux de procéder avec tact, même s’il est légitime de poser de telles questions. Il faut éviter que l’acheteur se sente harcelé ou être soumis à un interrogatoire, ce qui risque de le dissuader d’acheter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *